Chacun mon tour

Petits coureurs en plomb sur le sable

Le compte à rebours va commencer. Dans près de cent jours, le Tour de France déboule, déroule… déraille ? En grande pompe, forcément, pour la centième. Disons le tout net : je n’aime pas, je n’aime plus, cette grand-messe cathodique pour avachis de juillet, enfoncés dans leurs sofas, épatés d’un œil par les splendeurs paysagères nationales, goguenards de l’autre devant les turpitudes consanguines du peloton…

Et pourtant, avec la Grande Boucle, c’est l’été qui vous gagne, le parfum des vacances, l’écho du passé qui vous rattrape, l’ennui parfois qui vous guette. Un temps béni pour rêvasser peinard. Les sprinteurs finiront bien par arriver…

Et pourtant, le Tour mérite mieux qu’un piédestal de l’épaisseur d’une zapette risquant de dévaler l’accoudoir. C’est une formidable machine à légendes, à fantasmes, à balivernes. Sans pareil pour faire des histoires, et inspirer les virtuoses de la plume. Tout le monde en a au moins une, c’est le vélo qui veut ça.

Alors «cmontourdefrance» se pique d’en raconter certaines et d’en emprunter beaucoup. Sans façon. Cent tout court. En comptant sur vous !

  • Rendez-vous au Café de la Gare, jeudi vers moins le quart environ.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s