Le Tour 1910 en bande décimée

J – 9 avant le Tour de France  >>> Rétro

couv-tour-des-geantsNicolas Debon retrace l’épopée des coureurs de la huitième édition de la Grande Boucle, la première à passer par les cols pyrénéens et le mythique Tourmalet. « Le Tour des géants », paru chez Dargaud en 2009, est le premier album réalisé en solo par cet illustrateur né en 1968.

Ils étaient plus d’une centaine au matin du 3 juillet 1910 sur la ligne de départ du Tour de France au Pont de la Jatte. Quatre semaines de courses et 4.737 kilomètres plus tard, seuls 41 rescapés ont coupé celle de l’arrivée au Parc des Princes.

BD-Debon-carte-60kEtape par étape, l’illustrateur Nicolas Debon suit le parcours dantesque enduré par les « géants de la Route », un label réservé à ceux qui peuvent se prévaloir d’avoir fait le Tour dans son intégralité. Une épreuve démesurée, où la boue succède à la poussière, le cagnard au froid de canard, les sabotages aux « perçures » sur des chemins de terre.

Quinze étapes, donc quinze chapitres, passés aux côtés des concurrents, qui se requinquent avec des cotelettes et du Ricqlès quand ce n’est pas de la strichnine, ou bien se lamentent d’avoir des corps de vieillards à 25 ans.

Aux côtés des organisateurs, qui inventent cette année-là la voiture-balai (bientôt surnommée la guillotine) non pour secourir les cyclistes en détresse mais sanctionner les infractions censées se produire en queue de peloton.

Aux côtés des suiveurs, aussi, dont certains se frottent les mains de friser les 300.000 exemplaires vendus chaque jour depuis le passage dans les Pyrénées, pour la première fois sur la feuille de route du Tour…

L’ensemble constitue une bonne entrée en matière pour plonger tous les publics dans la légende. Graphiquement, on peut néanmoins regretter le manque de différenciation des protagonistes. Ils se ressemblent tous… avec leurs moustaches « Belle Epoque ».

portrait-nicolas-debonA noter, l’histoire est précédée d’une présentation de l’épreuve avec quelques textes et photos, d’un trombinoscope (vignettes illustrées) des principales stars de l’époque, Faber, Lapize et consorts, et aussi des innovations technologiques, comme le double pignon pour changer de vitesse… en démontant et en retournant la roue arrière !

Le Tour des géants, de Nicolas Debon, Dargaud, Long Courrier, 2009, 78 pages, 15,99 euros.

Une guerre meurtrière

La plupart des héros d’avant-guerre sont morts au front entre 1914 et 1918. Le sergent aviateur Octave Lapize n’a pas survécu à la chute de son biplan abattu par deux chasseurs allemands le 14 juillet 1917. Engagé volontaire dans la légion, François Faber est fauché en 1915 par une mitrailleuse lors des offensives d’Artois. D’autres géants de la route ont subi un sort analogue : Petit-Breton, Lafourcade, Alavoine…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s