Ce que sera le prochain Tour de France cycliste

J – 90 avant le Tour de France  >>> Une plume, cent mots (et quelques)

couv-losamoellePierre Dac, alias André Isaac, fonde le journal «L’Os à moelle» en 1938, «organe officiel des loufoques». Chaque vendredi dans sa chronique, il épingle les petites lubies des Français, comme leur passion sans bornes pour le Tour de France.

« Pour le passage de la course dans les régions de l’est et du Nord de la France, nous avons demandé à emprunter les souterrains de la ligne Maginot. Si l’autorisation nous est refusée, nous donnerons dix francs par jour et par coureur, tant qu’ils seront dans la ligne de feu, dont cinq francs à la fin de l’étape. Une suggestion avait été faite d’employer des bicyclettes blindées, mais l’équipement des coureurs sera déjà lourd. Outre le masque à gaz obligatoire, l’usage du casque, jusqu’à présent voué aux pistards seulement, sera étendu aux routiers et sera du modèle… courant. A la place d’une musette, peut-être le sac au dos, mais rien n’est certain encore.

Le ravitaillement sera, comme toujours, particulièrement soigné, outre le le pinard et la gnole, ils auront du bœuf même les jours de restriction et des boissons chaudes dans les gares.

Nous espérons que les coureurs resteront encore plus groupés que d’habitude. Cela nous permettra peu-être de camoufler le peloton entier sous un grand filet, sur lequel nous mettrons des branchages comme le font les artilleurs pour éviter d’être repérés par les avions ennemis. Même si les coureurs se scindent, le public d’ailleurs ne le saura pas, car, comme vous le savez, il est interdit de divulguer l’emplacement des différents pelotons en temps de guerre. Tout au plus pourra-t-on dire que X a lâché Y « quelque part en France ». Il sera bien recommandé aux concurrents de ne pas faire d’étincelles en route, un coureur trop brillant étant même passible de disqualification.

Quand je vous aurais dit que les voitures suiveuses seront des tanks et qu’à la place des voitures de gendarmes, qui généralement précèdent les coureurs, il y en aura une de la DCA, je crois que je vous aurai tout sur ce que sera le Tour de France de la guerre.

Nous avons créé trois catégories : les inscrits d’office, les inscrits maritimes et les engagements volontaires, nous ne sommes pas encore certains d’avoir des coureurs… ».

In « Les plus belles chroniques de presse et de radio », Larousse, 2003. Textes rassemblés et introduits par Marie Tourres, préface de Philippe Meyer.

> Demain, c’est demain

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s